Actuellement 13 visiteurs sur le site !
Non connecté
Se connecter
Textes pour célébration d’un baptême

Pour un choix de chansons cliquez ici« Chansons et musiques pour baptême, communion, mariage »


Comment se déroule une cérémonie de baptême à l'Église et comment l'organiser ?

Une fois le parrain, la marraine et la date cérémonie choisis, rendez vous à l'accueil de l’église de votre paroisse afin de confirmer la date avec le curé. Celui-ci vous précisera le déroulement exact de la cérémonie à l'église.

Et c'est à partir d'ici que je vais essayer de vous inspirer...pour que le jour J vos textes et chants religieux, civil ou laïc soient bien préparés...

Préparatifs et déroulement d'un baptème
Quelques exemples d'intentions
Citations pour une naissance ou toute occassion...
Poèmes
Quelques textes
Exemple de mot d'accueil de parents / marraine / parrain



Préparatifs et déroulement d'un baptème


En gros 1 ou 2 soirée en couple avec le prêtre (parfois avec d'autres couples).
Cette réunion a pour but de d'expliquer le déroulement de la cérémonie, le sens des symboles, ce à quoi vous vous engagez en baptisant votre enfant... un reportage sur le baptême est parfois visionné.




Un exemple de déroulement d'un baptème

Liturgie de la Parole (Liturgie = ensemble des lectures d'une messe)

1) Chant ou musique d’entrée
Mot d’accueil par le prêtre et par les parents
Présentation de l’enfant et de son prénom
Petite croix sur le front de l’enfant (Signation).
Entrée solennelle de l'enfant par un chant d'assemblée.

2) Célébration de la Parole
Lecture au choix lue par une personne volontaire (voir Quelques textes ci-dessous)
Litanie des Saints
Chant de méditation
Évangile et mot sur le baptême par le prêtre


3) Célébration du sacrement
Signe de l’eau (bénédiction)
Rappel de la foi
Baptême dans l’eau
Vêtement blanc
Signe de la lumière : cierge de baptême allumé par le parrain et la marraine
Chant ou musique
Mots du parrain et de la marraine (voir Quelques textes ci-dessous)
Prière du « Notre Père »
Signe du vêtement blanc
Intentions (voir Quelques exemples d'intentions ci-dessous)
Onction de Saint Chrème

4)A l'autel
Prière
Bénédiction par les parents et par le prêtre.
Signature du registre des baptêmes
Mot de la fin par le prêtre ou les parents ou chant ou musique final



Quelques exemples d'intentions

Intentions = Faire des prières pour quelqu’un, dans le dessein qu’elles lui servent devant Dieu.
Soit, pour votre enfant (souhait religieux ou non à offrir au bébé), votre famille ou ceux dans le besoin (pour l'inspiration utilisez l'actualité)


En général, 3 intentions que l'on fait lire à des enfants


Mélanie - Pour les enfants de Goma au Congo qui actuellement subissent la guerre et la perte d’êtres chers. Afin qu’ils puissent prochainement vivre en paix.
Prions le Seigneur

Mathieu - Pour les enfants qui dès leur plus tendre enfance doivent travailler dans des conditions très pénibles pour un salaire de misère. Pour qu’un jour, ils vivent dans un monde plus juste avec une meilleure répartition des richesses.
Prions le Seigneur

Alice - Pour les enfants qui souffrent d’une grave maladie et qui doivent trouver le courage de supporter de longs et douloureux traitements et d’importants séjours à l’hôpital,
Prions le Seigneur

David - Pour les enfants qui perdent leurs parents en bas âge et qui n’ont pas la chance de connaître l’amour et la tendresse d’un papa et d’une maman,
Prions le Seigneur

Lucas - Pour les enfants qui connaissent la signification du mot guerre et qui vivent dans la peur continuelle. Pour qu’un jour ils découvrent enfin la paix et la sérénité,
Prions le Seigneur

Citations pour une naissance ou toute occassion...

Pour une naissance

- Lorsque nous nous sentons responsable, concerné, engagé, cela nous amène à ressentir une profonde émotion, un grand courage

14ém Dalai Lama

- Pour que «la petite graine de la compassion» naturelle et essentielle puisse germer et croître en lui, cet être ne demande qu'un environnement adéquat

14ém Dalai Lama

- La paix doit se développer sur la base de la confiance mutuelle

14ém Dalai Lama

- Les racines de l'éducation sont amères, mais ses fruits sont doux

Aristote

-Avant d'être marié, j'avais six théories sur la façon d'élever les enfants ; maintenant, j'ai six enfants et pas de théorie.

John Wilmot

- Elever un enfant c'est lui apprendre à se passer de nous.

Ernest Legouvé



Toute occasion

- Lorsque tu aimes, de tout ton cœur.
Ne crains jamais de montrer ton amour.
Que ton amour soit comme un livre ouvert que toutes et tous puissent le lire.
C'est la chose la plus merveilleuse au monde, l'amour ne rend pas aveugle, mais il voit le meilleur chez l'être aimé et ainsi il fait émerger le meilleur.

Eillen Caddy

- Chacun à la responsabilité de faire croître la PAIX en lui afin que la paix devienne générale.

14ém Dalai Lama

- Il est vital de laisser une large place au changement dans les relations avec les autres.
Ces transitions tiennent lieu de périodes charnières où l'amour véritable mûrit et s'épanouit.
Nous sommes désormais en position de vraiment connaître l'autre de la voir tel qu'il est, avec les défauts et les faiblesses, un être humain comme nous-mêmes.
Ce n'est qu'à ce stade que nous sommes en mesure de nous engager sincèrement auprès de l'autre.
Un véritable acte d'amour.

14ém Dalai Lama

- La raison pour laquelle nous cherchons à bien nous conduire, c'est qu'une bonne conduite donne de bons fruits

14ém Dalai Lama

- Pour jouir d'une vie heureuse et accomplie, la clé est «l'état d'esprit». C'est là l'essentiel.

14ém Dalai Lama

- On ne s'irrite pas contre le bâton, auteur immédiat des coups, mais contre celui qui le manie; or cet homme est manié par la haine; c'est donc la haine qu'il faut haïr.

Shantideva

Poèmes

Éloge de l'amour.

Tout l'Univers obéit à l'Amour ;
Belle Psyché, soumettez-lui votre âme.
Les autres dieux à ce dieu font la cour,
Et leur pouvoir est moins doux que sa flamme.
Des jeunes coeurs c'est le suprême bien
Aimez, aimez ; tout le reste n'est rien.

Sans cet Amour, tant d'objets ravissants,
Lambris dorés, bois, jardins, et fontaines,
N'ont point d'appâts qui ne soient languissants,
Et leurs plaisirs sont moins doux que ses peines.
Des jeunes coeurs c'est le suprême bien
Aimez, aimez ; tout le reste n'est rien.

Jean de La Fontaine.


Lorsque l'Enfant Paraît

Lorsque l'enfant paraît, le cercle de famille
Applaudit à grands cris.
Son doux regard qui brille
Fait briller tous les yeux,
Et les plus tristes fronts, les plus souillés peut-être,
Se dérident soudain à voir l'enfant paraître,
Innocent et joyeux.

Soit que juin ait verdi mon seuil, ou que novembre
Fasse autour d'un grand feu vacillant dans la chambre
Les chaises se toucher,
Quand l'enfant vient, la joie arrive et nous éclaire.
On rit, on se récrie, on l'appelle, et sa mère
Tremble à le voir marcher.

Quelquefois nous parlons, en remuant la flamme,
De patrie et de Dieu, des poètes, de l'âme
Qui s'élève en priant ;
L'enfant paraît, adieu le ciel et la patrie
Et les poètes saints ! la grave causerie
S'arrête en souriant.

La nuit, quand l'homme dort, quand l'esprit rêve, à l'heure
Où l'on entend gémir, comme une voix qui pleure,
L'onde entre les roseaux,
Si l'aube tout à coup là-bas luit comme un phare,
Sa clarté dans les champs éveille une fanfare
De cloches et d'oiseaux.

Enfant, vous êtes l'aube et mon âme est la plaine
Qui des plus douces fleurs embaume son haleine
Quand vous la respirez ;
Mon âme est la forêt dont les sombres ramures
S'emplissent pour vous seul de suaves murmures
Et de rayons dorés !

Car vos beaux yeux sont pleins de douceurs infinies,
Car vos petites mains, joyeuses et bénies,
N'ont point mal fait encor ;
Jamais vos jeunes pas n'ont touché notre fange,
Tête sacrée ! enfant aux cheveux blonds ! bel ange
À l'auréole d'or !

Vous êtes parmi nous la colombe de l'arche.
Vos pieds tendres et purs n'ont point l'âge où l'on marche.
Vos ailes sont d'azur.
Sans le comprendre encor vous regardez le monde.
Double virginité ! corps où rien n'est immonde,
Âme où rien n'est impur !

Il est si beau, l'enfant, avec son doux sourire,
Sa douce bonne foi, sa voix qui veut tout dire,
Ses pleurs vite apaisés,
Laissant errer sa vue étonnée et ravie,
Offrant de toutes parts sa jeune âme à la vie
Et sa bouche aux baisers !

Seigneur ! préservez-moi, préservez ceux que j'aime,
Frères, parents, amis, et mes ennemis même
Dans le mal triomphants,
De jamais voir, Seigneur ! l'été sans fleurs vermeilles,
La cage sans oiseaux, la ruche sans abeilles,
La maison sans enfants !

Victor Hugo

Quelques textes

« Le bonheur c’est tout petit. (Maurice Carême)»

Le bonheur c’est tout petit si petit que parfois on ne le voit pas, alors on le cherche, on le cherche partout. Il est là, dans l’arbre qui chante dans le vent, l’oiseau le crie dans le ciel, la rivière le murmure, le ruisseau le chuchote, le soleil, la goutte de pluie le disent. Tu peux le voir là, dans le regard de l’enfant, le pain que l’on rompt et que l’on partage, la main que l’on tend. Le bonheur c’est tout petit, si petit que parfois on ne le voit pas, et on le cherche partout, on le cherche dans le béton, l’acier, la fortune, mais le bonheur n’y est pas, ni dans l’aisance, ni dans le confort. On veut se le construire mais il est là, à côté de nous et on passe sans le voir, car le bonheur est tout petit. Il ne se cache pas, c’est là son secret. Il est là, tout près de nous et parfois en nous.

« A nos portes. »

Avec un enfant que l’on attend, c’est tout un monde qui est à naître, tout un monde qui est en attente.
Quand vient l’enfant si longtemps espéré, il prend sa place, parfois beaucoup de place…
Il vient bousculer nos habitudes, le quotidien est transformé, il y a du soleil en plus, il y a tout simplement de l’amour.
Quand vient l’enfant qu’on attendait rien n’est plus comme avant, rien ne peut plus être comme par le passé, car il vient par sa présence ouvrir nos horizons au futur, celui de nos attentes les plus secrètes.
Un enfant qui vient, c’est l’avenir qui frappe à ta porte, c’est l’avenir qui rentre chez toi.


SI…

Si un enfant vit dans la critique, il apprend à condamner.
Si un enfant vit dans l’hostilité, il apprend à se battre.
Si un enfant vit dans le ridicule, il apprend à être gêné.
Si un enfant vit dans le soupçon, il apprend à se sentir coupable.
Si un enfant vit dans la tolérance, il apprend à être patient.
Si un enfant vit dans l’encouragement, il apprend à être confiant.
Si un enfant vit dans la reconnaissance, il apprend à estimer.
Si un enfant vit dans la loyauté, il apprend la justice.
Si un enfant vit dans la sécurité, il apprend à avoir foi.
Si un enfant vit dans l’approbation, il apprend à s’aimer lui-même.
Si un enfant vit dans l’amitié, il apprend à trouver l’amour dans le monde.


Je vous souhaite…(Jacques Brel)

Le seul fait de rêver est déjà très important.
Je vous souhaite des rêves à n’en plus finir et l’envie furieuse d’en réaliser quelques-uns.
Je vous souhaite d’aimer ce qu’il faut aimer et d’oublier ce qu’il faut oublier.
Je vous souhaite des silences.
Je vous souhaite des chants d’oiseaux au réveil et des rires d’enfants.
Je vous souhaite de résister à l’enlisement, à l’indifférence, aux vertus négatives de notre époque.
Je vous souhaite surtout d’être vous.

Parlez nous des enfants… (K Gibran)

« Vos enfants ne sont pas vos enfants. Ils sont les fils et les filles de l’appel à la vie elle-même. Ils viennent à travers vous mais non de vous. Et bien qu’ils soient avec vous, ils ne vous appartiennent pas. Vous pouvez leur donner votre amour, mais non point vos pensées, car ils ont leurs propres pensées. Vous pouvez accueillir leur corps, mais pas leurs âmes, car leurs âmes habitent la maison de demain, que vous ne pouvez visiter, pas même dans vos rêves.
Vous pouvez vous efforcer d’être comme eux, mais ne tentez pas de les faire comme vous. Car la vie ne va pas en arrière, ni ne s’attarde avec hier .
Vous pouvez être les arcs par qui vos enfants, comme des flèches vivantes sont projetés. L’Archer voit le but sur le chemin de l’infini, et Il vous tend de sa puissance pour que ses flèches puissent voler vite et loin.
Que votre tension par la main de l’Archer soit pour la joie : car de même qu’il aime la flèche qui vole, il aime l’arc qui est stable.


Un amour créatif

Je voudrais te donner des souvenirs heureux, te donner un amour tellement créatif, des moments inoubliables qui rempliraient de joie chaque jour de ta vie.
Je prie que cet amour t’envahisse afin que tu découvres la joie en toi, et que tu saches donner à ton tour pour toi et pour les autres des souvenirs heureux.
Tu es source de tant de joie, puisses-tu toujours exprimer et susciter la joie.

Prière secrète d’un enfant à son père et à sa mère… (Jacques Salomé)

Maman, papa,
je vous en supplie ne me laissez pas croire que mes désirs sont tout puissants.

Maman, papa,
je vous en prie, prenez le risque de me frustrer et de me faire de la peine en refusant certaines de mes demandes.

Maman, papa,
c’est important pour moi , que vous sachiez me dire non, que vous ne me laissiez pas croire que vous pouvez être tout pour moi, que je peux être tout pour vous.

Maman, papa,
surtout entendez mes désirs mais n’y répondez pas tout de suite. En les satisfaisant trop vite, vous risquez de les assassiner. Confirmez-moi que j’en ai qu’ils sont recevables ou irrecevables mais ne les prenez pas en charge à ma place.

Maman, papa,
s’il vous plaît ne revenez pas trop souvent sur un refus, ne vous déjugez pas pour que je puisse ainsi découvrir mes limites et avoir des repères clairs.

Maman, papa,
même si je réagis, si je pleure, si je te dis à toi, Maman, « méchante et sans cœur… », reste ferme et stable, cela me rassure et me construit.
Si je t’accuse toi, Papa, « de ne rien comprendre », ne m’enferme pas dans mes réactions.

Maman, papa,
par pitié même si je tente de vous séduire, résistez,
Même si je vous inquiète, ne vous soumettez pas,
Même si je vous agresse parfois, ne me rejetez pas.
C’est comme cela que je pourrai grandir.

Maman, papa,
vous dire aussi à chacun que je ne suis que votre fils, votre fille.

Offrir de l’enfance à l’enfant.

Offrir de l’enfance à l’enfant,
lui laisser le temps,
le temps de chercher
au détour d’un buisson
quel aventurier de sa vie
il va pouvoir devenir.

Offrir de l’enfance à l’enfant,
l’imaginer triomphant,
fêter toutes ses prouesses,
le soutenir dans ses défis singuliers.
Lui dire : Possible lorsqu’il pense Impossible.

Offrir de l’enfance à l’enfant,
être à ses côtés l’adulte « carburant d’amour ».
Etre au bon moment la femme « baume-câlins ».
Être à chaque instant l’homme « station-encouragement ».

Offrir de l’enfance à l’enfant,
l’aimer beaucoup, bien et mieux,
l’aimer en paix chaleureusement,
l’aimer unique tendrement, l’aimer tout simplement,
l’aimer.

Et lui offrir au crépuscule du jour
un lit de repos et de rêves,
dans lequel il se glissera,
heureux d’exister et de recharger ses batteries
juste le temps d’une nuit
pour se réveiller demain matin plein d’un nouveau destin.

La famille (Sylvie Brise)
La famille, c’est avant tout le nid de la vie.
Puis, c’est là que l’enfant grandit,
que naissent ses premiers pas,
Ses premiers tracas, ses premières joies.
Puis, l’enfant veut s’échapper,
voir plus loin, respirer.
Alors, il explore, il construit, il apprend,
Il sait que sa famille l’attend,
Il sait qu’il a ce trésor inespéré
D’avoir une famille et d’être aimé.
Alors il peut aller vers demain
soutenu par l’amour des siens.
La famille est un joyau de tant de valeur
qu’elle vaut tous les trésors.

Aimer c’est…

Aimer c’est faire les cent pas après minuit, essayant d’apaiser tes pleurs
par des mots aimants et des berceuses, alors que tout mon être
réclame le repos.

Aimer c’est lire la même histoire six soirs de suite sans sauter un seul
Détail.

Aimer c’est le dernier bonbon dans le sac en plastique légèrement léché,
saupoudré de sable et de poils de chien, mais que tu n’as pas mangé
car tu as décidé de le garder pour moi.

Aimer c’est la tasse de café tiède et le biscuit mouillé placé avec tendresse
près de notre lit pour que je n’ai pas à me lever tôt le jour de mon
anniversaire.

Aimer c’est choisir de dire non même si tout le monde dit « oui ».

Aimer c’est te laisser partir la gorge serrée, une prière au fond du cœur et
un sourire aux lèvres tandis que tu as franchi la porte pour faire ton
entrée dans le monde.

Aimer c’est lutter pour partager avec toi la foi sur laquelle notre vie est
fondée, pour que toi, l’enfant du présent, tu aies un avenir clair et lumineux.


Comme des tournesols…(E. Masbou)

Avez-vous déjà observé les tournesols,
ces grandes fleurs semblables à de petits soleils ?

Les tiges se sont élevées lentement avec leurs feuille solides. Une poussée brusque s’est produite un jour, comme un assaut vers le ciel. Et un matin, j’ai vu ici et là quelques fleurs qui semblaient soulever une lourde paupière et chercher. Elles venaient de s’ouvrir.
Déjà grisées de lumière, elles tâtonnaient à s’orienter vers le soleil. Huit jours plus tard, il n’était plus possible de les compter. Tout le monde n’avait pas encore ouvert les yeux, mais il y avait des milliers et des milliers de petits soleils tournés vers l’unique.

Certaines fleurs semblaient désorientées, mais ce n’était qu’une hésitation temporaire. Toutes les autres se mouvaient lentement, leur regard accompagnant la course du grand soleil. Multitude fascinée…
Un jour le temps était couvert. A travers le ciel gris, l’œil ne pouvait pas apercevoir la position du soleil. Mais les tournesols regardaient, à travers les nuages, dans la bonne direction.

En observant les tournesols s’éveiller au soleil, et le suivre « à son image et à sa ressemblance », pour recevoir de lui le mouvement, la vie et la fécondité, je pense à tous ces hommes, ces femmes et ces enfants, qui se laissent attirer par Dieu et se tournent vers Lui pour capter sa lumière.

Ils sont dans le ciel, cette foule que nul ne peut dénombrer, comme un champ infini de petits soleils resplendissant de la lumière divine qui les comble de sa plénitude.

Ils sont sur notre terre, ces lueurs du ciel qui nous parlent d’une lumière infinie. Celui-ce par son dévouement et sa serviabilité, celui-là par son accueil et sa simplicité, cet autre par son courage et sa confiance, cet autre encore par sa foi et sa joie. Alors que les nuages obscurcissent parfois notre ciel, ils tournent nos regards vers la bonne direction.

Comme le tournesol met le soleil en fleur, les saints fleurissent le monde de la beauté du ciel. Comme la terre serait belle si chacun, là où il est planté, resplendissait, comme une fleur ensoleillée, de la lumière de Dieu.


Le Maharadjah et ses deux fils.

C’est l’histoire d’un grand Maharadjah qui avait tout pour être heureux, mais qui n’avait pas d’enfants. Avec son épouse, ils décidèrent d’adopter deux garçons et de leur donner une éducation princière dans leur palais. C’est ce qu’ils firent, et tout se passa pour le mieux : les deux jeunes garçons grandissaient en âge, en force et en sagesse. Et ils s’entendaient bien entre eux.
Le Maharadjah se faisant vieux, l’un des deux devait donc hériter de son autorité. Alors, désirant éprouver leur sagesse, il les fit venir un beau jour et, remettant à chacun une même modeste somme d’argent, il leur dit :
« Voici ce que vous allez faire : avec cet argent, vous allez vous procurer de quoi remplir la plus grande salle du palais, qui est vide. Et celui qui s’acquittera le mieux de cette tâche, aura montré toute sa sagesse et pourra hériter de mon autorité. »
Que croyez-vous qu’ils firent l’un et l’autre ?
Le premier descendit en courant au village et demanda au marché ce qui pouvait se vendre qui soit peu cher et prenne beaucoup de place. Les villageois furent surpris devant cette demande, jusqu’à ce qu’un paysan lui propose d’acheter de la paille : il y avait beaucoup de ballots disponibles. Bientôt, ce fut un va-et-vient de chariots du village jusqu’au palais. Tout le monde y mit de l’énergie et du labeur. Ce premier garçon acheta autant de paille que possible avec l’argent reçu ; mais en vérité, la grande salle du palais ne fut remplie qu’à moitié. Il renvoya les paysans et alla chercher son père adoptif : il pouvait certes faire mieux encore, mais avec plus d’argent. Le Maharadjah vint examiner jusqu’à quelle hauteur la grande salle se trouvait remplie. Il remercia son fils et lui demanda où était son frère.
Celui-ci, après avoir réfléchi, était lui aussi descendu au village pour acheter un petit panier, dans lequel il mit un beau vase d’argile, une réserve d’huile, une mèche et un briquet. Il se présente à son tour et demande pour sa part qu’on enlève toute cette paille, qui é tait inutile.
Ensuite, en quelques geste rapides, il prépare sa lampe qu’il allume. Comme la nuit est maintenant tombée, voici que la grande salle du palais est tout entière remplie de lumière.
Vous savez maintenant lequel des deux garçons a montré toute sa sagesse.


Lecture du livre d’Ezékiel

Au cours d’une vision reçue du Seigneur, l’homme qui me guidait me fit revenir à l’entrée du Temple, et voici : sous le seuil du Temple, de l’eau jaillissait en direction de l’orient, puisque la façade du Temple était du côté d l’orient.

L’eau descendait du côté droit de la façade du Temple, et passait au sud de l’autel. L’homme me fit sortir par la porte du nord et me fit faire le tour par l’extérieur, jusqu’à la porte qui regarde vers l’orient, et là encore l’eau coulait du côté droit.
Il me dit :

« Cette eau coule vers la région de l’orient, elle descend dans la vallée du Jourdain, et se déverse dans la mer Morte, dont elle assainit les eaux. En tout lieu où parviendra le torrent, tous les animaux pourront vivre et foisonner. Le poisson sera très abondant, car cette eau assainit tout ce qu’elle pénètre, et la vie apparaît en tout lieu où arrive le torrent. Au bord du torrent, sur les deux rives, toutes sortes d’arbres fruitiers pousseront : leur feuillage ne se flétrira pas et leurs fruits ne manqueront pas. Chaque mois ils porteront des fruits nouveaux, car cette eau vient du sanctuaire. Les fruits seront une nourriture, et les feuilles un remède. »

Accueillir un enfant …Chercher une parole… !

La naissance d’un enfant est toujours un événement. C’est l’événement d’un nouveau visage. Le visage d’un enfant illumine souvent le nôtre. Il fait naître en nous une espérance que nous ne savons pas dire… Alors, nous nous faisons plus proches et quelquefois plus simple. Peut-être pas assez !

Notre regard ne quitte pas ses yeux clos… Son silence fait naître en nous des paroles étonnantes… Son immobilité nous fait tellement bouger ! Sa fragilité nous apaise, nous rassemble et quelquefois nous réconcilie.

Cet enfant ne sait encore rien de la vie, de l’amour, de l’homme et de son mystère. Et nous qui en savons tant, soudain nous ne savons plus !

Au bord du berceau, nous sommes au bord de l’infini. Aucune parole ne saurait exprimer l’infini…

« Tu t’appelleras Antoine, Maxime, Robin…Mais tu es plus qu’un nom. Qui pourrait te donner ton vrai nom, un nom qui ne s’use pas, qui ne passe pas, un nom inépuisable, telle une parole de tendresse et de fidélité ? »

Dieu a quelque chose à nous révéler dans le visage de notre enfant.


Poème « Lorsque l'enfant paraît »

Lorsque l'enfant paraît le cercle de famille
Applaudit à grands cris, son doux regard qui brille
Fait briller tous les yeux,
Et les plus tristes fronts, les plus souillés peut-être ?
Se dérident soudain à voir l'enfant paraître,
Innocent et joyeux.
Enfant vous êtes l'aube et mon âme est la plaine
Qui des plus douces fleurs embaume son haleine
Qu'on ose pas toucher,
Quand l'enfant vient, la joie arrive et nous éclaire
On rit, on se récrie, on l'appelle et sa mère
Tremble à le voir marcher...
Les yeux des enfants ont une douceur infinie,
Et leur petites mains, joyeuses et bénies,
Ignorent le mal encore !
Jamais, vos jeunes pas n'ont touché notre fange,
A l'auréole d'or !
La nuit lorsque tout dort, quand l'esprit rêve, à l'heure
Où l'on entend parfois une petite voix qui pleure,
Sur des ailes d'azur,
Sans le comprendre encore, vous explorez le monde.
Double virginité, corps où rien n'est immonde,
Âme où rien n'est impur !
Il est si beau l'enfant avec son doux sourire,
Ses deux grands yeux ouverts qui ne savent pas mentir.
Dans le mal triomphant
Préserve-moi Seigneur, d'été sans fleurs vermeilles,
De cage sans oiseaux, de ruche sans abeilles,
D'une Maison sans enfants ...

Victor Hugo

Exemple de mot d'accueil de parents / marraine / parrain

Il s'agit d'exemples de textes personnels. Ils doivent vous aider à trouver l'inspiration pour votre propre texte...

Mot d'accueil de parents

Bonjour à tous, je voudrais vous remercier d’être venu assister au baptême de notre petit Alexis et j’adresse un merci tout particulier à l’abbé François, d’avoir accepté de célébrer ce baptême alors qu’il est déjà fort sollicité dans sa paroisse. C’est la deuxième fois qu’il baptise un de mes enfants. Le premier baptême était celui de Mélanie, il y a déjà dix ans, et c’est toujours avec beaucoup de gentillesse qu’il a à nouveau répondu à l’appel.
Merci également à Geneviève d’avoir accepté d’être la marraine et à Philippe d’avoir accepté d’être le parrain d’Alexis. C’est la première fois qu’ils sont parrain et marraine et c’est avec beaucoup d’enthousiasme qu’ils ont accepté. Je suis sûre qu’Alexis les aimera beaucoup et qu’un lien privilégié les unira.

Le 28 mars, Alexis est venu agrandir notre famille et c’est avec beaucoup de joie et d’émotion que nous l’avons accueilli. La vie nous a fait ce merveilleux cadeau de nous donner un enfant, des enfants et c’est avec joie aujourd’hui que nous partageons ce bonheur.
Alexis a la chance d’être né dans une famille. Il a bien sûr Frédéric et moi, ses parents, une sœur Mélanie et un grand frère Robin qui sont très impatients de lui faire partager leurs jeux et lui faire découvrir les merveilles de la vie.

Mais il a aussi des grands-parents, qui sont également très présents dans sa vie. Ils ont d’ailleurs été fort mis à contribution avant sa naissance, que ce soit pour faire tourner le ménage ou garder Robin pendant les vacances, afin que je puisse le mettre au monde le moment voulu et dans les meilleures conditions, merci. Merci aussi de gâter nos enfants et de répondre toujours présents quand on vous appelle à la rescousse. Merci également pour tout le temps et l’énergie que vous avez investis dans la préparation de cette fête.

Alexis a également deux arrières grand-mères qui sont aux petits soins pour lui et qui prennent régulièrement de ses nouvelles.
Il a des oncles et des tantes qui assistent et assisteront aux grands moments de sa vie et sur qui je suis sûre il pourra toujours compter.
Il a également des grands-oncles et des grand-tantes, des cousins et des cousines, des petits-cousins et des petites cousines

Et tous les amis de la famille que nous considérons comme membres de la famille à part entière tellement ils sont proches. Bref, Alexis a beaucoup de chance d’être entouré par autant de personnes.

Merci pour tout ce que vous lui apportez et apporterez dans le futur.


Discours d’une marraine

La marraine : Voilà je vais maintenant exprimer ce que je ressens. C’est un petit mot mais il traduit bien mon émotion…

J’ai été très touché par votre demande, Jean et Catherine. C’est pour moi une première…, j’espère être la super marraine, et rester à la hauteur. Vous pourrez toujours compter sur moi et quoi qu’il arrive, je serais là présente. Je ferais de mon mieux pour le prendre le plus souvent possible malgré mon travail très prenant.

Et pour toi Robin, je te souhaite de grandir dans la sagesse, la bonne humeur et l’amour. C’est ce qu’il y a de plus important dans la vie et avec ça mon ange tu seras le plus riche…

Discours humoristique d’un parrain après une lecture biblique

Le parrain : « Voilà, ça c’est ce que je devais lire… maintenant je vais sortir ma petite feuille et après le discours de Dieu vous allez avoir le message du parrain »

Florence et Philippe je m’adresse particulièrement à vous, puisque vous êtes les parents de mon filleul, je peux vous expliquer ce qui vous attend car il y a une phrase de chez nous qui dit «c’est tout s’parrain»

- D’abord je ne dors pas beaucoup, ça vous l’avez déjà remarqué car lui aussi.
- J’étais colérique durant mon enfance, bin ça commence...je sais ce que je veux, lui aussi
- Je suis boudeur, il se débrouille pas mal

Jusque la ça-va encore mais…

- J’ai bu ma première chope à 14 ans
- J’ai triplé ma troisième année, et oui ne soyez pas gêné les parents car c’est comme ca
- J’ai toujours dragué les filles, surtout les jolies… heu plus maintenant ma chérie, c’est fini
- J’aime aller au foot et surtout boire un verre avec les copains après… rigolez pas trop messieurs, j’en connais plusieurs qui sont dans le cas et qui se font engueuler en rentrant

Et voilà, en gros c’est ce qui vous attend. Alors il est encore temps de changer, …Mr le curé est-ce qu’ils peuvent encore changer de parrain ou…

Le Curé : surprit il répond avec le sourire « Non, ils ne peuvent plus maintenant »

Le parrain : Et bien alors, je jure devant Dieu que je ferais tout pour faire honneur à votre choix et que Lucas sera fier de son parrain, merci et bon amusement à tout le monde…

Haut de la page
|Contact| Avis et suggestions | Mentions légales |
Copyright onfaitlafete.be / Depuis le 1 décembre 2009
Style : Générakit